Santé Mentalité

Créons des liens pour faire du bien. Se réaliser dans l'existence, c'est demeurer et devenir soi

Science et conscience : le témoignage d’Éric Sauvageau, médecin et surtout humain?

Eric

(Par Hella Ahmed) Le burn-out, la fatigue professionnelle, une perte de joie de vivre pour nombreux, les symptômes n’étant pas toujours de la même intensité pour tous ceux qui vivent ce même mal, c’est une sorte d’errance des sens.

C’est une réalité pour beaucoup de gens, comme l’est le rétablissement qui se fait histoire personnelle, cheminement individuel, bien qu’en compagnie des autres, car l’isolement fait partie de ce qui maintient la condition difficile pour l’individu.

Parmi les nombreuses personnes que j’ai entendues parler de ce vécu en lien avec la maladie et d’une remontée, il y a eu quelqu’un de sensible et de bien optimiste. Éric Sauvageau est un spécialiste en médecine familiale que j’ai contacté pour son précieux témoignage et qui a généreusement ouvert son coeur pour partager ses valeurs.

Il a laissé des pistes de réflexion et des apprentissages à ceux qui cherchent à tracer les lignes de leur autogestion de la maladie et du rétablissement afin de ressentir l’existence comme une découverte continuelle de la vie avec tout ce qu’elle peut avoir de paisible et de clément à offrir aux vivants.

Nous avons parlé de son parcours personnel et de Yoga. Le yoga lui a apporté une nouvelle étincelle alors qu’il portait sur ses épaules le poids écrasant du temps qu’il n’avait pas vu passer, jusqu’à tristement et péniblement, temporairement, sous l’effort, s’être un peu éloigné de l’amour de soi et du prochain.

– Qu’est ce que le Yoga vous a apporté? Qu’est-ce qui vous a mené au Yoga?

 – Des techniques pour me calmer, me recentrer, pour avoir de la gratitude, être au lieu de juste faire. Ça m’a amené à avoir plus de compassion pour moi-même et donc, plus pour les autres.

MD heureux = patients heureux

Tout doucement, il y a trois ans, à une époque où je vivais un épuisement professionnel en tant que médecin (pas surprenant puisque plusieurs études démontrent qu’environ un médecin sur trois souffre d’épuisement professionnel à tout moment).

Le cynisme minait ma vie, et par conséquent, celle de mon entourage. J’avais pourtant l’impression d’être au sommet d’une montagne, mais déçu par le paysage. Je n’étais pas heureux et quelque chose devait changer! J’ai déjà eu des problèmes reliés à la santé mentale lors de mes études et je ne voulais pas revivre ça! Une psychologue m’a alors parlé de pleine conscience et c’est là que l’étincelle s’est faite, je crois. Aussi ma conjointe a changé de carrière pour devenir professeure de yoga et j’ai vu le potentiel de développement personnel derrière la formation professorale.

Pleine conscience (présence attentive), popularisée en Amérique par le Dr Jon Kabat-Zinn au début des années ’90, inspirée du yoga et du bouddhisme, traditions qui existent depuis des millénaires.

– Vous avez expliqué au public les principes du Yoga lors d’une allocution pour la journée de Yoga gratuite à Tracy en 2015. Bouger – bien manger – relaxer – respirer – méditer

 – Contrairement à la croyance populaire, le yoga n’est pas qu’une sorte de conditionnement physique. Le yoga est une tradition millénaire qui est avant tout une voie de connaissance de soi et d’évolution personnelle. Le yoga est simple, accessible à tous et comporte des applications praticables au quotidien par quiconque.

Les postures de yoga qui, à première vue, semblent conçues pour le corps physique exercent une influence sur l’équilibre chimique du cerveau, ce qui a pour effet d’améliorer l’état d’esprit, de calmer le mental tout en relaxant le corps.

On sait tous intuitivement, qu’aligner le corps a pour effet d’aligner l’esprit, et vice-versa. La pratique du yoga génère une stabilité émotionnelle et une clarté d’esprit. Le but du yoga est de nous amener à la pleine réalisation de qui nous sommes.

– Il y a des écoles n’est ce pas? Les gens font différentes sortes de Yoga.

 – Oui, mais toutes sont issues du Hatha yoga. Certains styles sont +/- dynamiques, +/- introspectifs. Il y a différentes écoles, différents enseignants, différentes approches pour différents élèves. Écoutez-vous. Concentrez-vous sur ce qui résonne en vous et de laisser-aller ce qui ne vous convient pas!

– «Vous êtes parfait tel que vous êtes en ce moment», c’est une phrase que vous disiez, et c’est ainsi que vous avez introduit la non-violence (être indulgent envers soi). C’est vrai que ça aide pour réduire la détresse en lien avec l’anxiété et la dépression par exemple.

 – Il faut constamment se rappeler que la vie n’est pas une compétition ni une course.

– «Le changement, un pas à la fois», vous disiez aussi. Pourtant, quand on veut changer on est pressé, c’est une décision.

 – C’est notre culture de performance qui nous donne l’impression que tout doit aller vite alors que l’instant présent est le seul moment où la vie existe réellement si on y pense bien.

– «Vivre la détente dans l’effort», dans différents sports c’est un effort douloureux. Quand vous parlez de détente et d’un esprit libre de ses pensées, vous parlez de l’état de flow?

 – Changement de paradigme : respect de ses limites, non-performance, non-jugement, aucune douleur. En yoga, si on parle des postures, on peut avoir une attitude passive, mais aussi une attitude active où il convient d’être confortable dans l’inconfort pour progresser. La meilleure jauge pour savoir si nous avons dépassé nos limites, c’est notre respiration, si elle n’est plus fluide, si elle devient saccadée, c’est que nous avons dépassé nos limites dans l’effort.

– «Ne pas être toujours en contrôle», que voulez-vous dire? La vie n’est pas toujours facile. Ce n’est pas évident de décrocher parce que la vie ne nous laisse pas beaucoup de répit.

 – Non la vie n’est pas facile. La vie est même injuste, je vous le confirme. C’est un fait, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Alors il faut être comme l’eau et s’adapter à la forme du contenant, plutôt que de perdre son énergie à toujours vouloir le changer. Il faut faire confiance à la vie et se dire que les défis qui nous surviennent sont pour notre mieux. Quand on tombe sur toutes les lumières rouges, c’est peut-être pour nous éviter un accident dans 5 minutes. Qui sait?

– Comment la détente, le yoga et la méditation peuvent préserver la santé? 

 – Le tourbillon de la vie moderne est source de stress pour le corps et l’esprit ce qui crée anxiété, dépression, épuisement et cynisme. L’espérance de vie n’a jamais été aussi grande. Le yoga est un véritable outil pour traiter l’espèce de malaise social engendré par le matérialisme et les technologies qui accélèrent sans cesse notre rythme de vie.

Le Yoga permet d’abaisser le métabolisme, relaxer les muscles, réguler les systèmes respiratoires et endocriniens, amenant un état d’apaisement mental favorable à la santé. Il peut ralentir de manière significative les rythmes cérébraux, permettant de la sorte une diminution de la suragitation mentale, cause de nombres de pathologies psychiques.

Le yoga et la méditation modifient carrément certaines zones de notre cerveau pour mieux gérer le stress.

– Réduire la médication par la méditation, c’est possible?

 – Tout à fait, la littérature médicale abonde de façon exponentielle en ce qui concerne les bienfaits de la méditation et de la pleine conscience sur l’anxiété, la dépression et du yoga sur les douleurs chroniques.

– Vous êtes bientôt enseignant de Yoga, c’est dans la même ligne que médecin dans votre esprit?

 – Oui, d’ailleurs un excellent éditorial à ce sujet écrit récemment par le Dr David Lussier et qui s’intitule « Le médecin doit être un guide autant qu’un soignant ».

« Le médecin ne doit pas se contenter d’appliquer des algorithmes et des lignes directrices. Il doit adapter le traitement aux désirs, objectifs, capacités et incapacités du patient. Il doit accompagner son patient dans son cheminement dans la vie et, souvent, vers la mort. Il doit être un guide autant qu’un soignant. Il est intéressant de revenir à l’étymologie du mot «docteur», dérivé du latin docere, qui signifie «enseigner», par opposition au «médecin», tiré du latin medicus, soit «aider à guérir». »

«  Le vrai maître est celui qui nous rend responsables, et nous libère de notre dépendance envers quelque maître que ce soit »

– Quel message voulez-vous faire passer concernant la santé? 

 – La prévention demeurera toujours supérieure à la correction. Le meilleur médicament ou la meilleure chirurgie sont, respectivement, celui et celle que l’on peut éviter de prendre ou de subir. Ce qui ne veut pas dire que vous ne devez pas suivre le traitement que vos médecins et autres professionnels de la santé vous recommandent! L’efficacité de plusieurs traitements est démontrée et c’est grâce à ceux-ci, entres autres, que l’espérance de vie est passée de 50 ans au début du 20e siècle à 82 ans de nos jours. Maintenant, l’espérance de vie c’est bien, mais la qualité de vie c’est encore mieux. Et pour cela, la pilule miracle n’existe pas, le miracle ne peut provenir que de vous!

– C’est vraiment un choix? On peut tracer son destin?

 – Tout à fait, entre un évènement et une réaction, il y a l’interprétation des pensées qui nous inondent. « Ce ne sont pas les évènements eux-mêmes qui déterminent nos émotions et nos réactions, mais la façon dont nous voyons et interprétons ces évènements. ». Il faut tenter d’être le plus positif possible, de voir le bon côté des choses et si on n’y arrive plus ou qu’on a de la difficulté à le faire, s’entourer de gens qui le peuvent et ne pas hésiter à aller chercher de l’aide professionnelle.

Copyright © 2013 – 2017 Santé Mentalité – Tous droits réservés –  sante.mentalite@hotmail.ca

Bande

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :