Le pervers gère, narcissisme et calvaire

752B759E-922F-46EA-BDE3-8034CEDCD927

(Par Hella Ahmed) Il est difficile de parler d’un trait de personnalité à isoler ou de s’attaquer au problème en l’envisageant comme un traumatisme profond qui teinte le comportement d’une méfiance viscérale, laquelle active un mécanisme de défense qui est celui de la haine de l’autre. Si on parle de concept de soi, on peut constater que le fait de flouer l’autre est la base de l’estime de soi de ce personnage qui prend plaisir à faire souffrir et à dévaloriser l’être humain qu’il voit comme une proie ou un ennemi. Une proie capable de se défendre est aussi perçue comme un potentiel ennemi.

Avec l’analyse du comportement appliquée, les techniques de renforcements ou punitions restent sans résultats, et un travail de restructuration cognitive ne semble pas non plus réalisable, car le lien de confiance ne se bâtit pas. La volonté de changer n’existe pas, ou n’est que factice quand on rentre en relation avec celui qui est toujours dans le calcul pour faire échouer tout dialogue qu’il considère comme une infiltration, pour annuler une réelle communication. Le schéma de base dysfonctionnel est solide et sauvegardé comme une forteresse.

– Le pervers narcissique n’hésite pas à utiliser ses amis et les membres de sa famille pour semer la zizanie et cultiver la haine entre les gens, puis joue au juge qui accuse et départage alors que ce sont ses actes qui ont causé les ravages.

– Il n’y a que l’amour de soi qui compte pour le pervers narcissique, l’autre est manipulé, attendri à l’occasion pour faire durer l’emprise, à peine toléré au fond. L’amour de l’autre est une illusion qu’il fabrique au service de ses plans. 

– C’est une personne qui fait des vagues avec du vide et qui prend plaisir à faire tourner les gens en bourrique. Il est persuadé de sa grandeur et son sens de l’honneur est déformé, car il ne s’agit pour lui que d’exercer un contrôle malsain tout en se faisant passer pour quelqu’un de bien.

– Le pervers est toujours dans un double jeu, quand il n’obtient pas l’attention qu’il désire ou que ses plans de manipulation sont contrecarrés, il change de camp. Son but est toujours d’utiliser sa cible, qu’il voit faussement comme une victime, pour ses affaires financières et d’égo. Sa névrose obsessionnelle peut durer une éternité. Il faut continuer à l’ignorer et comprendre qu’il sera toujours faux, désaxé. 

– Les pervers narcissiques se mettent automatiquement dans la position de victime quand on les confronte au sujet de leurs dépassements des limites des autres. Ils aiment jouer aux méchants, par démonstration de pouvoir, mais font semblant d’avoir été mal compris quand on s’oppose à leurs jeux pervers.

Ce qui est intéressent à souligner et à comprendre, c’est que toutes leurs actions malveillantes sont montrées comme étant soi-disant destinées à rendre justice, et rendre justice se résume à défendre leurs intérêts, lesquels souvent sont obtenus par abus. Ils ont toutes les libertés et la liberté de l’autre n’existe pas.

– Le pervers, quand il y a du profit à faire, avec des méthodes tordues, utilise l’association obligée. Il insinue des liens étroits et solides entre sa cible, qu’il veut utiliser pour ses bénéfices, et lui, malgré l’inexistence de rapports quelconques entre eux. C’est un individu qui se permet de s’approprier les réussites des autres en faisant circuler des mensonges.

En même temps qu’il joue à l’émotionnel blackmail pour perturber sa cible, qu’il lui fait du mal et profite comme un parasite, il encourage son entourage malhonnête à en faire autant et le félicite franchement à la suite de ses mauvaises actions. Malgré ses comportements injustes apparents, il continue tout de même à faire des allusions positives par rapport au sujet de sa fixation, en imitant ses propos et en lui donnant une place dans son imaginaire qu’il partage afin de propager la fabulation quant à une association actuelle et future.

Le pervers tente ainsi de faire passer le message que ce qui appartient à la dite victime lui appartient aussi, car ils sont comme une famille, et qu’il peut en user comme il le désire et même le redistribuer. Il veut faire croire que l’apparent refus de relation de cette personne forcément consentante, n’est pas réel, que leur lien est solide.

Ce sont de claires démonstrations d’intentions malveillantes et de son manque de jugement, de son avidité et de son manque de respect. Il faut donc continuer à l’ignorer et refuser tout contact avec lui.

 

* Si vous avez aimé ce dossier, visitez la page Facebook pour faire un like.

Copyright © Santé Mentalité inc. – Tous droits réservés – Aucune reprise de texte n’est tolérée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s