Le vide dans le vide


Faire le vide, c’est possible avec un peu de recul : une promenade tranquille sans destination précise, une longue semi sieste dans la verdure ou près de l’eau, la lecture de quelques lignes d’une vide chronique rébarbative et très inspirée d’Elsa Godart à tasser très rapidement pour ne pas basculer dans le néant, et le temps passe sans crier gare. On fait le vide aussi avec un bon coup de cynisme pour faire partir la fumée en regardant droit dans un décor lugubre, se rappeler qu’on vaut plus que des chimères et aller voir ailleurs, un super show par exemple, danser et oublier.

Quand faire le vide devient une obligation, c’est un peu absurde n’est-ce pas? Ces gens qui se pensent et se proclament performants, qui nous parlent d’un vide nécessaire pour continuer à faire sans se soucier des autres, sans écouter qui leur fait part de ses sentiments, sont capables de ce vide vide, espace de déni où s’exerce l’auto congratulation du narcissisme qui ne connaît que soi. Pour eux, faire le vide consiste à vider leur bulle égoïste des contrariétés externes pour continuer à exister avec toute puissance. C’est étrange mais efficace, ils y trouvent leur compte, ils avancent convaincus d’une gloire illusoire. 

Notre monde est rempli de coachs de banalités que l’on veut nous rabâcher sans utilité. L’apparence n’est pas que trompeuse, elle est vomissante de platitude, de constructions mornes, de représentations bizarres qui nous lient à une obligation pernicieuse, celle de prêter oreille à ce bruit ambiant juché de mots insolents, misère intellectuelle étalée que l’on qualifie de supériorité. Je suis abasourdie quand je lis « les gens ne veulent pas comprendre qu’il faut écouter les membres de l’élite ». L’elite?!! Oui, oui, mais revenons un peu sur terre. 

Les cyniques sont souvent dénigrés pour leur recherche de liberté criarde de rébellion contre le ridicule de certains soi-disant codes, mais le cynisme ce n’est pas que l’œuvre d’un philosophe qui se masturbe sur la place publique pour dévoiler la bête humaine et flanquer sa liberté aux yeux du monde, c’est aussi une révolte créative contre la vanité des cases vides qui nous prennent pour des somnambules, c’est la remise en question de ce qui nous prend pour des ignorants, avec un bon fou rire, pourquoi pas accompagné d’une pointe de tarte au citron. Tiens, prends un shooter de t’es-qui-là? Le pire des cynismes est celui des humanistes de table ronde qui nous servent des discours moralisateurs pour à la première occasion se dire athlètes performants en tournant le dos à leurs belles leçons.

Faire le vide, c’est aussi quand tu arrives à ne plus réagir face à des madames qui te racontent qu’elles sont pure laine et pas toi en oubliant qu’il y avait des nations avant qu’elles viennent faire leur pâté, quand tu ne ressens plus rien face à des carriéristes qui répètent qu’elles sont comblées, avec toujours ce sourire presque réalisé sur Photoshop, car elles ont un doux mari et un bébé. Et puis aller écrire un magnifique roman quand on te dit que tu dois apprendre le français pour t’intégrer mais que tu ne peux surtout pas t’imaginer assez bien le maîtriser pour oser te dire intellectuelle ou écrivaine.

Et pourquoi pas remettre à sa place ce naïf chercheur de scoop qui te considère comme une serveuse généreuse. Ce fouineur caché derrière un titre qu’il a lui-même massacré, obsédé à savoir si tu gagnes bien ta vie ou pas pour t’accuser de n’importe quoi avec un mix de légitimité à la noix et de perfidie sauce envie, ou sinon rire de toi. Tu ne gagneras pas avec ce malhonnête goujat, les millions de thérapeutes, artistes et gens d’affaires sur terre, ne sont pas ses proies, sa cible c’est toi. Cet ingrat qui t’intimide avec subtilité pour que tu sois son cerveau auxiliaire soumis, comme si tu n’avais droit qu’à la modestie des inférieurs et qu’il mérite quant-à-lui la belle vie, lui-a-t-on encore jamais dit dans sa grandiose sphère que le vrai scoop c’est « lui et ses façons de faire »?

Girls, don’t cry for Louie, he wouldn’t waste a tear on you. 

La publication de mon nouvel essai est pour bientôt, ce sera un scoop.