Les désaccords du temps, le sens dérobé

Je pense que ce sont les gens qui doivent être capables de rendre la philosophie accessible en se recentrant sur sa démarche principale qui est celle de comprendre en profondeur et en perspective, de dévoiler une pensée libre, au-delà des concepts et de la référence qui structurent et parfois saturent.

La répétition somnambulique, l’imitation d’un art sans rendre hommage au sens réel et à la sincérité du mouvement révélateur, l’acharnement à s’approprier des images déracinées sont les drames de notre temps où la compétition déloyale fracasse l’identité. L’honneur qui doit porter les mots du savant est assassiné par la cupidité de ceux qui peinent à combler leur vide intellectuel.

La création porte un stigmate, on veut dévorer ce qui ne peut être digéré.  La démarche de celui qui traque la pensée d’un autre pour exister est sans vérité, tant que la médiocrité sera célébrée, les courants d’air du vide seront adulés, les gens de cœur exploités et ignorés, on parlera d’amour avec une voix de haine colorée de printemps, on meublera l’atmosphère de poussière au lieu d’exposer des pépites d’or pour initier des échanges féconds ou du moins les encourager,

Copyright © Hella Ahmed