Quand la blessure narcissique ravage le respect


Il arrive que certaines personnes voient le respect de l’autre comme un frein au respect de soi. Reconnaitre cette valeur très évidente de l’autre qui percute au point de la fixation et dérange, ce serait alors comme de baisser sa propre importance ou son prestige.
 

Les personnalités narcissiques qui souffrent d’un manque de réel estime de soi dissimulé sous une attitude de toute puissance et/ou une tendance au délire de grandiosité sont souvent sur la défensive de façon plutôt passive-aggressive et peuvent inciter à la violence franche sous couvert de bonne foi.

C’est avec des comportements obsessionnels malsains pour faire justice et se faire justice que les convaincus assez perdus travailleront à soi-disant égaliser les énergies en leur faveur.

Mais comment envisager le respect de soi et le respect de l’autre quand l’enjeu relève de la blessure narcissique? 

Un travail de retour à l’humilité est résolument à entreprendre pour commencer à réussir à considérer de sang froid l’apport de l’autre et ses qualités, et ce, malgré les résistances épaisses comme des murs de béton qui travaillent à faire rester buté sous son voile d’ego démesuré et fragile à la fois. 

Le face-à-face avec le réel sans s’effondrer

Pour ce, il faut prendre du recul, se recueillir en retournant à la sagesse des anciens, et ce, loin des élucubrations fantasmagoriques de psychisme extra-humain pour encore vivre dans la dénégation.

Les dérives de type new age ou délires de capacités psychiques supérieures inexplicables ou inutiles à expliquer au commun des mortels, comme les écarts de convictions noires de supériorité sociales basées sur une suprématie idéologique ou de race ne sont que d’autres façons de contourner le réel, d’éviter la confrontation avec des émotions négatives, pourtant légitimes et propices à l’évolution, qui sont difficiles à vivre sur le coup et qui prennent du temps à être assimilées et évacuées de façon saine. 

La capacité d’accepter ses complexes et de s’aimer quand-même

Personne n’est parfait. Deux personnes n’auront jamais les mêmes expériences et les mêmes rebondissements existentiels au niveau de leur cheminement.

En acceptant ses faiblesses, on commence à apprécier ses réelles qualités même si on estime qu’elles ne sont pas assez à cause d’une faible estime de soi et que ça fait mal de faire face à la honte que ce sentiment injustifié d’être inadéquat suscite en soi.

Il s’agit d’accepter de reconnaître les qualités de l’autre que l’on voudrait lui annuler ou lui subtiliser pour les faire siennes comme si c’était du domaine du possible, alors que le résultat d’une telle acrobatie maladroite ou comédie ne peut qu’être boiteux et plutôt ridicule.

On ne peut se faire passer pour un(e) autre ou s’imaginer d’une autre espèce sans se dénaturer et passer par une phase de grande confusion qui ne fera que solidifier des défenses désuètes, car on prend de l’âge même lorsque l’on s’obstine à se comporter comme un enfant buté.

Le vol d’identité, le meurtre de l’identité, un jeu malsain qui se fait de façon consciente

C’est ce qui rend l’absurde de la situation encore plus flagrant. Quand on veut être autre, ou être l’autre que l’on trouve plus avantageux d’être plutôt que d’être soi, et ce, tout en niant son existence positive et/ou en massacrant son image vers le bas, c’est pour promouvoir l’évolution, l’innovation et la conscience qu’on pense le faire.

On se dit super conscient tout en clamant être plutôt inconscient de par ses actes évidents d’usurpation d’identité et de rejet de sa propre identité. Ça devient une parodie qui ne donne pas envie de rire mais de plutôt vomir.

Le délire fait un temps, il aide à moins souffrir, il aide aussi à guérir à un certain rythme de ses blessures narcissiques quand bien sûr il n’est pas sauvagement installé jusqu’à durer une éternité, toute une vie. Il est nécessaire que des infiltrations de bon sens et des insights salvateurs soient possibles tout au long du chemin pour qu’il y est transformation vers le positif et réparation de l’ego blessé. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s