L’amour à tout prix, brouteurs et fourberie

Quand on prend connaissance de cas qui exposent des relations illusoires où des gens de tous les horizons se font prendre à croire en une relation fabriquée et inexistante telle que représentée par celui ou celle ayant pour but d’exploiter une victime du désir d’amour, on reste perplexe devant l’énormité de l’évidence de la manipulation.

On se demande comment cela peut être possible? On se demande si le cerveau derrière le jeu est d’une intelligence supérieure? Si la personne prise dans ses filets est inapte ou naïve en général?

La réponse est souvent non aux deux dernières questions. C’est plutôt facile de l’extérieur de constater le jeu pervers. Il est important de garder à l’esprit que l’être humain a besoin d’amour et que les personnes seules et/ou isolées ont parfois besoin de croire qu’un lien sacré capable de surmonter toutes les épreuves peut se créer dans leur vie. Que l’amour comme dans les films et chez les couples heureux leur est accessible à elles aussi.

La solitude n’est pas facile à vivre pour tous. La choisir est une autre histoire mais y être obligé, même des fois dans la durée, malgré son désir de connecter est douloureux au point de possiblement fragmenter sa conscience de soi et fissurer son contact avec la réalité quand on se joue de notre lucidité pour en profiter.

Les farceurs du virtuel (brouteurs) donnent du fantasme en échange de beaucoup de matériel. Ils rassurent avec des mots doux, boostent l’estime de soi avec une attention continue et font bien sûr des promesses dont ils retardent sans cesse l’aboutissement, le temps de faire de l’argent et de tirer le maximum de profit possible de l’attachement malsain qu’ils installent minutieusement.

Qui n’a pas envie d’être la perle rare de quelqu’un?

On se sent si exceptionnel quand on est le sujet des éloges et du désir de cet individu si proche et si lointain à la fois. Une surprise de la vie qui finira bien par se concrétiser à force d’y croire, à force de garder la foi. La pensée positive nous dit bien que l’on peut créer notre réalité ou travailler à l’aider à se matérialiser quand elle se pointe le nez.

Hélas, avec l’amour virtuel et l’amour intéressé, il ne s’agit parfois que d’un hameçon destiné à celui que l’on veut plonger dans un état fanatique en utilisant ses vulnérabilités pour le guider vers une prison mentale habitée du fantasme de la récompense de l’amour tant méritée. 

Le manipulateur devient la fontaine de jouvence qui demande patience et investissement avant de pouvoir y boire. On nous répète tout le temps qu’il faut travailler dur pour réussir, même en amour, alors que l’amour est en vérité gratuit quand il n’est pas dénaturé. L’attente, le doute, la remise en question, l’excitation, la visualisation d’un avenir à deux, le rêve qui occupe à côté de la réalité que l’on cesse d’explorer et la vie qui passe. Voilà le trajet de l’amour aveugle.

« En amour, avant d’y croire, il faut y goûter. Le lien est réel quand il est consommé non idéalisé. Le temps authentifie la relation basée sur des échanges réels »

La communication dont le but est la non communication a pour utilité de contrôler l’autre en restant évasif pour attiser le désir de réalité. Le double lien qui paralyse est une stratégie de choix pour le manipulateur hostile, elle maintient l’emprise quand le grand désir d’amour et/ou le besoin de réparation de l’estime de soi empêchent de choisir la porte de sortie. Le refus du rejet et l’angoisse de perte de l’objet du désir empêchent de rebondir, alors le jeu dure.

Lorsqu’une personne fouille dans votre vie, vous ait constamment à l’œil et vous sollicite subtilement dans la durée, qu’elle n’est ouvertement intéressée ni professionnellement ni sentimentalement, ou que son souhait d’assumer réellement la relation qu’elle vous dit solide ne se concrétise jamais, pour toutes sortes de raisons, il est évident que son but est purement utilisationnel. De plus, c’est sans votre consentement éclairé puisqu’elle vous met en état de confusion, c’est donc plutôt mal intentionné. Le but est de vous dominer pour probablement vous exploiter.

Le jeu est d’autant plus fourbe du fait que la personne en soumission est partiellement consciente de sa condition, mais la capacité de briser le lien lui semble hors de portée. Le manque devient si pesant dans les moments de lucidité de la victime de l’emprise sentimentale qu’aussitôt que le manipulateur qui intercepte son doute opère pour la rattraper, elle se laisse aller à se satisfaire d’un plaisir virtuel, d’une illusion de satisfaction, et il reprend le dessus pour continuer son exploitation. Attendrir, divertir, séduire, rassurer, faire miroiter des plaisirs à venir, voilà le secret de la durée de l’amour à tout prix, de la victoire de la fourberie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s