Santé Mentalité

Créons des liens pour faire du bien. Se réaliser dans l'existence, c'est demeurer et devenir soi

Tel un écho sans fin : l’amour pour son enfant

Famille

(Par Hella Ahmed) Tel un écho sans fin, quand on est animé d’empathie, l’amour pour son enfant est inébranlable, malgré les malentendus ou les incompris, malgré les conflits et les épreuves de tous genres, malgré les déceptions, colères et tristesses de quelques instants aussi bien courts que trop longs.

Un parent alerte et responsable ne cesse de penser à ce qui serait le mieux pour son enfant et ce quelques soient les obstacles rencontrés. Ce qui est frappant c’est cette détermination, ce regard aiguisé sur ce qu’il sait, ce qu’il pense savoir et ce qu’il veut apprendre pour mieux avancer dans la vie avec le bien de son enfant comme priorité. 

Bien entendu, l’environnement, le bagage émotionnel personnel et les séquelles des tempêtes de sa propre enfance et adolescence, ou de sa vie adulte, ne donnent pas toujours les conditions optimales au parent afin qu’il puisse le plus souvent agir dans le sens de l’épanouissement de sa progéniture.

Séparation et divorce : des conflits qui dérivent

La conviction peut dérouter. Quand on n’a pas tous les outils et le soutien nécessaire pour être en mesure de faire du mieux pour encadrer et aider, on peut déraper en manquant de lucidité.

Malheuresement, le scénario n’est jamais parfait et la vie apporte son lot de surprises et de défis à relever. Un parent lui-même en difficulté n’est pas forcément en état de donner le plus approprié à son enfant.

Un parent confus, en situation de séparation ou de divorce peut oublier que son enfant n’a pas à vivre des émotions négatives qui ne le concernent pas. Le cas de l’enfant ou l’adolescent qui devient l’intermédiaire entre des parents en crise, en conflit de séparation ou de divorce est un exemple douloureux de situations où les intérêts de ce dernier sont en partie ou grandement perdus de vue.

L’enfant ou l’adolescent ne sait plus trop où il en est dans ce contexte conflictuel, ce qui se passe est difficile à cerner, et il souffre d’une guerre qu’il n’a pas déclenchée et dont il devient l’otage. Cette situation se passe bien souvent sans que les deux parents ne se rendent compte de ce qui arrive à leur enfant abandonné à son sort dans ce champ de bataille. 

C’est souvent quand l’enfant commence à agir de façon imprévisible, à montrer des signes de colère ou de confusion, ou à simplement souffrir tant qu’il devient impossible de ne pas remarquer son agitation ou de s’inquiéter de sa santé mentale, que les parents réalisent combien le tout l’affecte.  

Se recentrer et repenser la fierté

Au lieu de prendre une distance par rapport aux hostilités afin d’avoir une perspective globale et de rationnellement observer les mauvais plis et les stratégies de manipulation jusque là mises en place, les parents peuvent être portés à mettre le tort sur l’autre et se déresponsabiliser face à la détresse de l’enfant ou de l’adolescent.

Là encore le conflit peut se déplacer et devenir encore plus lourd, car l’amour devient une grande motivation mise au service d’un autre jeu, celui de prouver que c’est l’autre qui a mal géré la séparation et qui a causé la souffrance de l’enfant ou l’adolescent, que c’est l’autre qui aime moins ou qui aime mal. 

Il est plutôt normal, quand on pense le bonheur de ses enfants, d’avoir à cœur une précieuse fierté, soit être fière de son enfant et vouloir aussi le savoir et le voir fier de ses parents. Avec le conflit, on désire aveuglément que l’enfant ou l’adolescent soit plutôt fier de  »son parent », en oubliant qu’il aime et a besoin de continuer à aimer ses deux parents, sans se sentir déloyal envers l’un ou l’autre ou se culpabiliser par rapport à son sentiment d’amour pour l’un des deux parents. 

Un enfant ou un adolescent peut se mettre à se sentir coupable d’être le carburant de tout ce vacarme sentimental, stratégique et même financier quand on le laisse témoin des hostilités et des enjeux monétaires qui viennent avec séparation et divorce, et qu’on le place au centre du conflit. 

Protéger son enfant de la culpabilité  

La culpabilité face à des choses qu’on ne peut changer est destructrice. Protéger son enfant et adolescent passe aussi par le fait de valider ses propres émotions, d’être en mesure de prendre une distance par rapport aux événements et surtout de considérer son enfant comme un individu qui ne doit pas être le terrain de la résolution de ses problèmes personnels ou de la prolongation de ses intimes chamboulements émotionnels et sentimentaux.

Ce n’est pas à l’enfant ou à l’adolescent d’assimiler certaines informations pour les parents, comme ce n’est pas à lui de travailler à une réconciliation ou à une séparation à l’amiable. 

Une fois que l’on prend conscience, du côté des parents, qu’il faut à l’occasion remettre le compteur à zéro et repenser cette  »fierté » avec comme priorité la paix intérieure de son enfant et son épanouissement, tout le bien qu’on lui veut devient possible de façon réaliste. Les obstacles s’effondrent l’un après l’autre pour laisser place à l’empathie qui s’exprime au travers d’une communication authentique et un amour bien intentionné.

Un parent puise en lui-même, il explore le monde autrement quand il cherche à communiquer le meilleur à son enfant, il devient curieux et surtout il cesse de penser le meilleur impossible, il cesse de se mettre des barrières et il cesse de douter de lui-même comme il conserve le doute qui aide à continuer à chercher pour mieux trouver, pour mieux aimer et mieux soutenir.

* Si vous avez aimé ce dossier, visitez la page Facebook pour faire un like. 

Copyright © 2013 Santé Mentalité – Tous droits réservés – sante.mentalite@hotmail.ca

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :