Santé Mentalité

Créons des liens pour faire du bien. Se réaliser dans l'existence, c'est demeurer et devenir soi

Toxicité au travail et recentrement


Toxicité

(Par Hella Ahmed) La toxicité de la vie quotidienne au travail est le résultat de ces petites choses et ces autres plus imposantes qui ont pour effet de vous gâcher la vie et qui ne sont pas issues du hasard pour certaines, mais qui sont bien organisées par des personnes qui trouvent cela plutôt normal ou divertissant de vous rendre la vie difficile. Elles peuvent aussi être le résultat de comportements quasi automatiques, liés à des traits de personnalité ou à des habitudes toxiques dans la façon de faire et d’être avec les autres.

Dans un milieu de travail, on voit de tout, la diversité a ses bons côtés, mais implique aussi toutes sortes de personnalités et une certaine imagination quand il s’agit de faire dans l’intimidation ou dans la compétition déloyale.

Il y a des milieux où le phénomène de clique donne le ton au roulement et à la philosophie de vie au travail comme dans les films d’adolescents où la popularité et l’intimidation sont les ingrédients de base de la vie sociale de bien des jeunes aux études.

Ce n’est pas parce que le leader d’un groupe parle d’authenticité (ou de vérité) et de compétitivité qu’il vous parlera des comportements infantiles et des irrégularités éthiques et relationnelles qui existent dans le milieu. Évidemment, il s’agit constamment de décourager les déviances au sein d’une organisation pour ne pas détruire l’image du groupe et progresser dans la bonne direction.

Petits ratés comportementaux et pensées de recentrement

  • Dans les courriels de groupe : Les allusions boiteuses sous forme de soi-disant blagues qui font rire jaune ou qui ne font pas du tout rire ont pour seule utilité de montrer que l’on a un certain pouvoir, aussi minime soit-il. Celui ou celle qui les place aussi délicatement ne démontre pas sa supériorité, mais plutôt son côté immature.

Il n’y a pas lieu de réagir à ces attaques, car c’est la réaction de dérangement qui est recherchée et ce n’est pas non plus une bonne idée de répondre à l’intimidation par de l’intimidation. Au contraire, il faut briser le cycle de la véhémence et ignorer ce qui n’a pas d’importance.

  • Mr ou Mme Ego démesuré : Pour imager, cela peut ressembler à celui qui vous dit comment voter alors qu’il ne vote pas. Cette personne est partout, on l’entend fort, elle vous dérange à répétition quand vous êtes en réunion de travail.

À part demander cordialement le respect, vous ne pouvez pas faire grand chose. Il est préférable de regarder ailleurs et d’éviter la confrontation avec ce personnage qui se dit être là pour prendre sa place et la vôtre. Continuez à faire votre travail comme vous le faites déjà et surtout progressez. Il est spectateur de votre succès et ne sera jamais dans vos chaussures ni dans votre tête.

  • Mr ou Mme émotions à flot : Les petits conflits au travail doivent être discutés pour que l’atmosphère demeure agréable, mais certaines personnes ont constamment la demande de se faire entendre parler de leur vécu émotionnel sous prétexte qu’elles ont décidé de pendre soin de leur bien-être, en oubliant que le vôtre est aussi important.

Parfois, chaque petite chose, même banale, devient l’occasion de «je dois te parler de ce que je ressens». Si vous montrez à un moment donné que vous n’êtes plus disponible à recevoir leur déversement émotionnel, vous risquez de devenir un mauvais sujet dans leur imaginaire et peut-être même une fixation à long terme. Il est important de prendre rapidement sa distance quant à ce type de comportement pour éviter d’être envahi ou même de vivre de la contagion émotionnelle.

Sachez que vous n’avez pas à travailler à changer leur comportement, ce n’est ni votre responsabilité ni dans votre intérêt. Vous devez poser vos limites sans vous sentir coupable ou inadéquat, tout en restant empathique, et laisser la vie s’occuper de leur évolution à eux. Tout bon gestionnaire au travail saura manoeuvrer intelligemment à empêcher la continuation de ce déversement.

  • Le copycat qui persiste et signe : Il reprend tout ce que vous dites, et comme un obsédé, il s’approprie ce que vous créez. Il raconte, et même s’imagine, que «tout part de lui», car il veut tout immédiatement et se l’approprie tout en jouant la carte de l’authenticité.

Cette attitude est le signe d’une faible estime de soi et d’une éthique professionnelle assez douteuse, même plutôt manquante. Le jour où cette personne ne pourra plus vous imiter ou qu’elle voudra sincèrement se représenter, elle devra se débrouiller et elle aura certaines difficultés, d’où l’importance pour vous de continuer à être vous-même et de ne pas vous laisser distraire par ses comportements étranges, et il est vrai, plutôt irritants.

Continuez à faire votre travail comme vous le faites et à progresser dans votre champ d’intérêt, on pourra toujours copier votre style, mais votre créativité qui fait votre succès est votre plus grand atout et c’est bien cela qui semble manquer à celui ou celle qui vous suit au pas.

  • Le favoritisme assumé : Vous travaillez sérieusement, vous faites votre maximum, vous avez même installé une nouvelle façon de faire au bureau que tout le monde apprécie et qui est devenue commune, mais vous ne recevez aucune reconnaissance et c’est plutôt l’un ou l’autre qui se fait féliciter et dont on se dit fier.

Gardez votre calme et continuez à planifier un avenir rayonnant. Vous êtes un visionnaire, la complicité de certains gestionnaires et leurs bons amis ne vous menace pas sérieusement, car bien que l’on puisse penser ces mécanismes de dévalorisation invisibles, les injustices sont visibles et de réelles compétences ne passent jamais inaperçues.

  • Le retour de Mr ou Mme émotions : Votre collègue a eu la chance de suivre une formation fort intéressante en intelligence émotionnelle, car il ou elle ne mesurait pas son agressivité et laissait son désir de pouvoir inonder les lieux. Le calme revient suite à la formation et la personne semble épanouie. Malheureusement, le tempérament revient à la charge après quelques semaines et les remarques déplacées ainsi que les insultes déguisées en blagues refont surface.

C’est normal. Cela vous montre que le travail sur soi est un effort continuel et vous aide à devenir vous-même plus conscient de vos émotions sachant que chaque jour est l’occasion de faire un nouvel effort pour améliorer vos habiletés relationnelles.

Le gestionnaire qui a conseillé une formation (ou son remplaçant qui a connaissance des relations de travail dans le milieu) saura rattraper intelligemment le comportement de la personne. Peut-être, êtes-vous vous-même devenu bon gestionnaire. Vous n’avez donc pas à trop vous en inquiéter ou à en souffrir outre mesure.

* Si vous avez aimé ce dossier, visitez la page Facebook pour faire un like ICI

Copyright © 2015 Santé Mentalité – Tous droits réservés – sante.mentalite@hotmail.ca

Bande

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :