Santé Mentalité

Créons des liens pour faire du bien. Se réaliser dans l'existence, c'est demeurer et devenir soi

Le duo de l’emprise et du ressentiment

Femme

(Par Hella Ahmed) Être en contact avec sa vulnérabilité gardée en observation, sous la loupe de notre attention flottante, permet de se remettre en accord avec soi après avoir temporairement perdu la maîtrise de ses émotions, peut-être bien de façon douloureuse pour soi et l’entourage, ou s’être senti fracturé, car bien déstabilisé. 

Quand on réduit la compréhension d’une situation jusqu’à perdre le sens de la complexité des choses, on est loin de faire l’effort réaliste d’avoir une perspective globale menant à considérer l’évidence qu’être apte à se mettre en état de présence attentive dans un moment de grande pression, au lieu de canaliser de façon brute un vécu émotionnel dense et parfois morbide, est grandement une question d’options à notre disposition et d’opportunités tout au long de la vie. 

Les émotions peuvent faire peur, à soi comme à l’autre. La colère n’est pas dangereuse en tant que telle, elle devient dangereuse quand on oublie qu’elle est là et qu’on la laisse discrètement proliférer, que l’on n’a pas la possibilité de la décortiquer pour s’en séparer, morceau par morceau. Que l’on a choisi ou que l’on a décidé de la ranger dans un tiroir, par manque de temps, d’énergie, d’argent ou de soutien.

Si votre colère vient de ce qui vous affecte dans un environnement qui ne vous convient pas, ou d’un passé que vous ressassez ou que l’on ressasse pour vous jusqu’à vous empêcher de créer et de vous revaloriser par l’apprentissage, il vous faudra absolument trouver le meilleur compromis pour moins la cultiver, moins la laisser se nourrir et moins souffrir afin d’éviter de vivre dépersonnalisé ou dissocié.  

L’évitement 

Trouver un moyen connexe pour libérer la colère grâce au sport par exemple, tout en continuant à vivre ce qui la fait revenir en force, n’est qu’un évitement comme un autre.

Le sport est une merveilleuse habitude, mais quand il vient compenser pour ce que l’on n’arrive pas à régler de façon réaliste et saine pour assurer sa qualité de vie et sa santé mentale et physique à long terme, il se dénature et ne soigne pas comme il devrait. 

Bien que l’évitement puisse paraître efficace comme solution sur le coup, il détruit une autre force vitale, la joie de vivre et l’émerveillement devant la vie, tout en ajoutant les conséquences d’une mauvaise habitude qui éloigne encore plus de l’appréciation authentique de ce que peut être la joie de vivre ou une complicité saine avec les proches. 

Le cycle de l’évitement est dangereux, car l’individu se lasse d’un moyen, sans même s’en rendre compte, à cause de l’habituation, pour le remplacer par un autre, sans réaliser assez rapidement la récurrence du phénomène et finalement se trouver à devoir composer avec les deux problèmes de départ, soit les dysfonctions de l’environnement causant la colère infligée, la colère évitable en tant que telle, ainsi qu’à présent, de plus, le moyen d’évitement devenu habitude à changer.  

L’emprise  

Le possibilité de personnellement modifier une chose ou une autre pour résoudre un ou des problèmes est souvent à notre disposition. Souvent, mais pas toujours malheureusement quand la précarité financière et l’isolement ont condamné à l’immobilité ou que la fissure brutale s’est déjà produite, que l’aide externe est devenue indispensable. 

Si vous êtes manipulé par un pervers narcissique, que vous êtes dans un environnement qui ne vous convient pas, mais que vous n’êtes pas en mesure de vous en libérer à cause de l’emprise, vous êtes piégé. La sortie n’est pas impossible, mais elle ne sera pas facile à trouver. 

Les options manquent quand on s’est fait prendre dans le piège de l’emprise, un engrenage, une histoire absurde qui dure et dure, et dont les étranges développements écrasent l’individu souffrant d’impuissance acquise, alors qu’autour de lui, il y a l’infini, comme une porte grande ouverte. 

Le temps ne doit pas vous filer entre les mains, alors que la routine vous éloigne de vous-même et de vos réelles aspirations. Plus on laisse l’inconfort se camoufler en normalité, plus le trouble gagne du terrain et prend racine dans les différentes dimensions de la vie.  

Ressentiment et imposture 

Votre ressentiment est la meilleure arme à la disposition de l’ennemi, que cet ennemi vive dans le souvenir, héritage culturel ou fantôme d’un incident traumatique personnel, ou qu’il soit bien présent dans le quotidien, agresseur, assaillant la tranquillité d’esprit et travaillant à dévaloriser pour répondre aux besoins de son narcissisme et soulager la douleur de son envie. 

Le ressentiment vulnérabilise. Être vulnérable jusqu’à sembler sans options, alors que l’on espère une aide humaine et sérieuse, peut donner le feu vert au prédateur qui connaît sa victime ou qui la rencontre au hasard de la vie. 

Le ressentiment peut se transformer en blessure invisible que le pervers saura immédiatement identifier pour la raviver et vous observer tomber. Si vous résistez, il vous fera croire qu’il veut vous soigner, avec l’amour et l’empathie qui vous ont manqué. Il vous séduira pour mieux vous emprisonner. 

Le pervers se servira de votre ressentiment pour faire éclater votre colère accumulée, en appuyant sur votre blessure, en vous incitant à la démesure, puis il vous portera à faire constat que vous êtes inadéquat et en perte de votre bon jugement afin de vous mener à le laisser vous contrôler et gérer votre vie, selon ses humeurs et ses envies.

* Si vous avez aimé ce dossier, visitez la page Facebook pour faire un like. 

Copyright © 2013 – 2016 Santé Mentalité – Tous droits réservés – sante.mentalite@hotmail.ca

Bande

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :