Désinformation et numérique – Par l’autrice Hella Ahmed

(Par Hella Ahmed) Dans mes deux livres Profils d’ombres et de lumières et Comment les manipulateurs frappent? j’expose l’articulation moderne de l’association « abus de pouvoir » et « vertu ostentatoire » ou « signalement moral » portée par les stratégies du numérique dans le domaine de l’information et celui de la désinformation, puisque les deux sont liés et inséparables. En analysant des exemples concrets pour réfléchir à ce que l’histoire nous en a appris et nous en raconte présentement avec des implications récentes ou actuelles, je discute de transgressions et de manipulations qui font partie des systèmes de circulation de l’information.

Pouvoir et influence

Le monde de l’information n’est pas celui des bons et des mauvais bien séparés, du noir et du blanc, c’est une toile colorée de bonnes intentions codifiées et codées, de circulation de données, mais également de revendications de toutes sortes qui portent pour certaines des couvertures honorables alors qu’elles profitent à l’ignoble, exhibant un discours paradoxal qui se referme sur lui-même pour paralyser la raison pratique de certains, pendant que des volontés intelligentes s’entendent quant-à-elles, avec sincérité, à vraiment améliorer les conditions humaines en menant des actions d’envergure. Ainsi, c’est en revenant aux principes d’un leadership positif et conscient qui s’intéresse concrètement au sort de la planète que ces visionnaires outillés de savoir et de moyens financiers font de l’écologie, examinée par la science, avec logique, la partenaire d’une économie plus propre et plus équitable orientée vers un présent moins tragique et un meilleur futur.

À travers l’analyse de cas connus qui ont fait scandale, événements ayant notamment donné lieu à des poursuites pénales, dans Profils d’ombres et de lumières de discute de l’utilisation de méthodes invasives par des reporters de renommée soi-disant chercheurs de vérité. Aussi, des stratégies médiatiques via les réseaux sociaux qui manipulent les opinions des gens sont mises au service de personnes ambitieuses et vicieuses avec des buts qui s’avèrent foncièrement monétaires, que l’on s’évertue à dissimuler avec le recours à l’hypocrisie mondaine des milieux intellos et pseudo intellos qui théâtralisent la sincérité en parlant d’éthique afin de légitimer leurs pillages intellectuels et le contrôle qu’ils exigent hautainement, eux, si proches du peuple instrumentalisé.

Vulnérabilité et désinformation

Les personnes vulnérables à la désinformation qui deviennent accros aux théories du complot souffrent beaucoup en devenant des marionnettes à clic et des pions télécommandés emportés par les tourbillons stratégiquement planifiés du grotesque. Beaucoup de gens ont des convictions non fondées et adhèrent à des opinions superficielles, ils y trouvent du plaisir, un sentiment d’appartenance, le moyen de se débarrasser de tensions dues à des frustrations de toutes sortes, et parfois un passe-temps les aidant à combler le vide existentiel qui accompagne l’impuissance apprise.

Se sentir coincé dans la vie est un sentiment répandu de nos jours à cause d’une économie faible et d’un partage injuste des richesses. Ce cycle qui se produit pour beaucoup de convaincus : se sentir être à l’écart, car coincé, puis se penser au courant de cet inconnu qui dépasse ce qui semble être l’illusion de la vérité se communiquant dans les médias et par des voies d’enseignement instrumentalisées, ainsi s’imaginer sauvé en étant joueur au lieu d’être suiveur, mais la vie aime l’ironie. Tout mouvement auquel l’on participe fait de nous des suiveurs, et suivre une illusion de connaissance n’est pas le moyen de retrouver la liberté, mais la soumission à une forme d’esclavage. L’environnement joue un rôle majeur quand il en est d’inculquer du bon sens ou d’offrir des bêtises convaincantes à la place.

C’est effectivement le ressentiment dû au sentiment de n’être que vivant, de ne pouvoir expérimenter ce qu’il peut en être d’exister pleinement, à cause des mauvaises conditions économiques et du stress sociopolitique en temps de crise, qui peut rendre les plus impressionnables amers au point d’aller dans l’impulsivité défendre des intérêts qui ne sont pas les leurs, renforçant ainsi des leurres au service de manipulateurs. Être amené à privilégier la pensée critique n’est pas universel. La paresse intellectuelle peut être involontaire ou volontaire : remettre en question sans avoir le capacité d’aller jusqu’au bout de son questionnement ou choisir des raccourcis pour éviter un effort intellectuel exigeant.

Hella Ahmed 2023 © All rights reserved – Find my books on Amazon

Cet essai sur le fléau que représente la manipulation à l’ère du numérique est un travail scientifique de déconstruction d’un système pernicieux et rampant qui pollue l’ensemble des institutions et en particulier les rapports professionnels et autres.Il met à nu les innombrables pratiques de la manipulation, ses effets pervers et les dommages aux lourdes conséquences qu’elle entraîne, en particulier dans le domaine du pillage intellectuel. Un livre qui vous permettra de cerner les notions fondamentales de ce qui est devenu un réel danger.

L’auteure, à la lumière d’une solide pensée philosophique et d’une formation supérieure en psychologie, examine, avec une rare plume chirurgicale, le corps d’un monde en pleine mutation, sous l’effet d’une crise multidimensionnelle, et propose un mode original d’interprétation, d’action et de survie.


Copyright © Hella Ahmed